teaser
sortie
un-voyage-d-hiver

Un Voyage d’Hiver

d'après Franz Schubert et Elfriede Jelinek
Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy
Mise en scène Christian Gangneron

UN VOYAGE D’HIVER ou la rencontre inattendue entre une chanteuse de répertoires populaires et un pianiste de jazz autour du cycle de Lieder de Schubert.

Un spectacle de théâtre musical inspiré par des personnages réels et imaginaires sur le thème de « La jeune fille et la mort ». Une libre rêverie née de la mise en échos des poèmes de Wilhelm Müller avec des extraits choisis du Voyage d’hiver d’Elfriede Jelinek. 

noemi-waysfeld

Noëmi Waysfeld

www.noemiwaysfeld-blik.com

Chanteuse et comédienne, artiste familière des chants d'exils et d'errances à travers l'Europe,Noëmi Waysfeld a cette particularité de naviguer entre les répertoires et les langues . Loin de toute tradition académique, elle réinvente sans cesse.
Sa voix profonde et brute d'émotion restitue chaque fois la ferveur dramatique de ce qu’elle interprète, en nous offrant une échappée vers l’inconnu.

Extraits de presse

« Une densité d’émotion rare, chantée avec une sobriété exemplaire » Libération

« Théâtrale et pleine d’allégresse, Noëmi Waysfeld détourne la dramaturgie du fado, oscillant entre spleen portuaire et cabaret allemand. »  Télérama FFF

« Une artiste originale et passionnante »  Dépêche du Midi

« Noëmi Waysfeld a l’art et la manière de faire fondre le plus dur des cœurs de pierre. Une émotion de tous les diables dès la première écoute »  20 Minutes

« La fascinante Noëmi Waysfeld nous fait vivre une immersion totale des émotions qui laissent sans voix »  BSC News

« Insolite et puissante »  TradMag

« La voix de Noëmi Waysfeld, chaude grave puissante et douce »  Accordéon Magazine

« La chanteuse réussit à rendre toute l’émotion avec finesse et talent, et dépasse les clivages musicaux entre jazz, musiques traditionnelles et contemporaines »  La Strada

guillaume-de-chassy

Guillaume de Chassy

www.guillaumedechassy.fr

Pianiste et compositeur de formation classique, improvisateur autodidacte, pétri tout autant de Serge Prokofiev que de Miles Davis, Guillaume de Chassy est considéré comme l’un des pianistes majeurs de la scène jazz hexagonale. Sobriété et ferveur dans l'expression, profondeur du son et révérence à la mélodie sont ses points cardinaux, les clés d'un univers poétique et singulier. Régulièrement saluée par la presse, sa discographie est le reflet d’une personnalité qui échappe aux classifications et d’une créativité sans cesse en éveil.

Extraits de presse :

«Hors de toute mode, les initiatives de Guillaume de Chassy impressionnent »
Francis Marmande / Le Monde

« Guillaume de Chassy est un gentleman du piano qui s’est constitué une vaste culture et pratique son art avec goût et sensibilité. En trio, il est un maître de distinction (…).Cet homme a du style. »
Michel Contat / Télérama

« D’autres jazzmen bien avant lui ont aussi eu un rapport particulier avec la musique classique, mais lui est à part. Son jeu est une incroyable mosaïque qu’une formation classique n’a jamais bridée . Son piano est constamment en quête de liberté dans l’enfermement et vice versa. Chassy promène SA musique dans toutes LES musiques. Pour mener à bien ce périple, il malaxe un maximum de musiques dans un minimum de notes. Là, sa technique, pourtant impressionnante, s’éclipse devant la musique, omniprésente. »
Marc Zisman / Télérama

« Dès les premières notes du choral d’ouverture, on sent qu’il va se passer quelque chose. Une espèce de transe sereine, c’est à dire le contraire d’une transe ; un état de grâce (…) De Chassy sait faire monter l’intensité en évitant le trop plein de kitsch, sans jamais surjouer l’émotion avec une mesure toujours juste de la dynamique, une économie de moyens toujours adéquate. Usant volontiers du rubato et du volte-face, improvisant avec des visions de compositeur, il préserve cependant une générosité et une spontanéité du geste qui semblent le fruit d’un long travail de préméditation à la maison et d’un véritable « lâcher prise » en studio. Pour se réconcilier avec le piano solo post-jarrettien »
Franck Bergerot / Jazz Magazine

« Jazzman puisant aux sources du Classique – à moins que ce ne soit le contraire- Guillaume de Chassy confirme de disque en disque sa profonde originalité. Improvisateur hors pair, il a trouvé sa propre expression musicale. »
Stéphane Friédérich / Pianiste

 

christian-gangneron

Christian Gangneron

Le metteur en scène Christian Gangneron cultive son jardin lyrique avec l’amour de l’artisan et la précision de l’orfèvre. Refusant l’esthétisme académique d’une certaine tradition de l’opéra, il aime confronter la nudité d’un plateau avec l’image vidéo et la photographie, sans pour autant en faire un système. Passionné par le croisement des disciplines artistiques, c’est la résolution de l’équation « texte – musique – jeu – espace » qui est à l’œuvre dans toutes ses pièces.

En 1983, il fonde l’Arcal (Atelier de recherche et de création pour l’art lyrique) et met en scène des opéras de chambre baroques ou contemporains.

Au Festival d’Innsbruck, pendant quatre ans, il fait équipe avec René Jacobs (opéras de Cavalli, Hændel et Mozart). Au Festival d’Avignon, il signe Le Miracle secret, création mondiale de Martin Matalon. En 2000, il met en scène Raphaël, reviens !, un opéra pour enfants commandé à Bernard Cavanna. Invité par la Fenice à Venise, il met en scène Anacréon de Cherubini. La Fondation Gulbekian l’invite en 2004 à Lisbonne pour encadrer un cursus de formation à la mise en scène d’opéra. De nouveau à Venise avec Pia de’ Tolomei de Donizetti pour La Fenice. Puis suivra toute une série de collaborations avec l’Arcal et l’Opéra de Reims, notamment Riders to the sea de Vaughan Williams et le premier opéra de Thierry Pécou d’après la pièce de Laurent Gaudé, Les Sacrifiées. Il a mis en scène un opéra de chambre de Matteo Franceschini, Il Gridario, à la Biennale de Venise 2010. Il retrouve Franceschini pour une version théâtrale et musicale de Zazie dans le Métro d’après Queneau, commande de l’Ondif pour 43 musiciens, créée au Théâtre du Châtelet en 2012. Cette œuvre fait l’objet d’une nouvelle commande de l’Arcal pour une réorchestration à 19 musiciens et verra sa création à l’Opéra de Reims, en décembre 2015.

En 2013, il signe la mise en scène de la création de l’opéra Les Lessiveuses de Thierry Machuel sur un livret de Yamina Zoutat.

La saison 2014-15 le voit assurer la mise en scène de La Haine de la musique, de Daniel D’Adamo, monodrame pour un comédien, ensemble instrumental et électronique, d’après un essai de Pascal Quignard (création mondiale), avec l’ensemble TM+. Cette même saison, son Pauvre Matelot, production historique et emblématique de l’Arcal, a continué de naviguer au Silo de Méréville, en parallèle d’un projet d’opéra pédagogique, A propos de bottes du même Darius Milhaud, avec les élèves chanteurs du Conservatoire de Méréville sous la direction d’Alison Taylor.

images

Images

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy
Noëmi Waysfeld
Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy
Noëmi Waysfeld
Guillaume de Chassy
Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy
Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy
Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Photography

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Photography

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Photography

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Noëmi Waysfeld & Guillaume de Chassy

Photography
contact

Contact

AWZ, PRODUCTION ET BOOKING

contact@awz-records.com
42 rue de l’Aqueduc, 75010 Paris

 

BOOKING ALLEMAGNE AUTRICHE SUISSE :
Régine Burk : regine.burk@burk-artist.de +49 (0) 7042 – 8 72 89 82